Visit Eolnet

La faune des Iles Eoliennes

La formation de l’arc volcanique que constituent les Iles Eoliennes s’est produite lors des 500 000 dernières années (selons les dernières datations effectuées par les vulcanologues) et, à la différence de nombreuses autres iles de la Méditerranée, en autonomie totale par rapport aux terres émergées voisines, avec lesquelles l’archipel ne semble etre jamais entré en contact territorial. Les peuplements végétaux et animaliers que les iles abritent sont donc le résultat du procédé de colonisation (active ou passive) des iles, auquel l’homme a également participé, au cours des 7 000 dernières années, en introduisant de nombreuses espèces de plantes et d’animaux.

La faune de vertébrés n’est pas nombreuse, mais comprend quelques espèces endémiques intéressantes. Le chene (Eliomys quercinus) à Lipari est représenté par une sous-espèce exclusive (ssp. liparensis), caractérisée par sa taille plus importante par rapport aux populations continentales. Dans certains ilots mineurs survivent des petites populations endémiques de lézards des Eoliennes (Podarsis raffonei), beaucoup plus sombre que celle des lézards communs présents dans le reste de l’archipel, cette espèce était probablement présente autrefois aussi sur d’autres iles, où elle a été éliminée suite à la compétition avec d’autres espèces qui  prédominent aux Eoliennes aujourd’hui, le lézard des champs (Podarsis sicula).

Il n’y a pas de serpents venimeux, mais uniquement le biacco (coluber viridiflavus), couleuvridé innoffensive, qui, au contraire, est utile à l’homme, puisqu’elle se nourrit essentiellement de souris et d’insectes. D’autres reptiles relativement communs, les deux espèves de geckos (Tarentola mauritanica) et (Hemidactylus turcicus), que l’on trouve fréquemment près des sources lumineuses artificielles lors des soirées estivales, où ils cherchent des phalènes et autres insectes.

Parmi les mammifères rappelons le loir (Glis glis), qui vit dans la chataigneraie située au sommet de l’ancien cratère du Mont Fossa delle Felci, à Salina ; il s’agit d’une espèce peu fréquente dans les iles mineures italiennes et surement introduite par l’homme au cours de l’Histoire.

la lucertola campestre (Podarsis sicula)

il biacco (coluber viridiflavus)

il gecho (Hemidactylus turcicus)

Parmi les oiseaux, plus “visibles” sont la buse (Buteo buteo) et le Crécerelle (Falco Tinnunculus), la présence notable d’impérial corbeau (Corvus corax), dont la densité de population atteint véritablement extraordinaire à Lipari et dans d’autres îles de l’archipel . Sur la côte ouest, en face des falaises, au cours des mois du printemps, au lieu de nidification peuplés de colonies de la  réel mouette de la Méditerranée (Larus Cachinnans). Le plus intéressant est sans doute le faucon de la reine (Falco eleonorae), rares Falconide Méditerranée et authentique “spécialiste” des petites îles. C’est le seul prédateur de notre faune qui vivent dans des colonies situées à l’ouest des falaises de certaines îles de l’archipel, où la communauté spectaculaire met en oeuvre des stratégies de chasse contre migrateurs passent au cours de la fin de l’été.

il gheppio (Falco Tinnunculus)

il gabbiano reale mediterraneo (Larus Cachinnans)

il falco della regina (Falco eleonorae)

Remarquable en général, c’est la diversité des oiseaux, qui en plus d’espèces sédentaires incluent un grand nombre des espèces migratrices, la présence d’étang salé Punta Lingua, à Salina, considéré comme un spécial levelProtection Espace niveaux communautaire, offre un environnement au rivage éligibles à s’arrêter Au printemps et en automne.

 

 

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,


Advertisement

Comments are closed.